Le Québec va à l’encontre des conseils du conseil national de vaccins et donne AstraZeneca aux plus de 65 ans

Le Québec va à l'encontre des conseils du panel national de vaccins et donne AstraZeneca à plus de 65 ans - Montréal

Le Québec a annoncé lundi qu’il administrerait le nouveau vaccin Oxford-AstraZeneca aux personnes âgées, malgré le fait que le groupe d’experts nationaux sur les vaccins du Canada recommandait de ne pas l’utiliser chez les personnes de plus de 65 ans.

Le comité d’experts des vaccins de la province recommande que tous les vaccins approuvés soient utilisés immédiatement pour prévenir les décès et les hospitalisations, a déclaré le département de la Santé dans un communiqué de presse, ajoutant que le vaccin AstraZeneca «offre plus de flexibilité dans les efforts de vaccination, en particulier pour les groupes prioritaires âgés de 70 à 79 ans. . »

Le vaccin nouvellement approuvé présente de nombreux avantages, a déclaré le ministère de la Santé, notamment le fait qu’il n’a pas besoin d’être conservé congelé et qu’il peut être utilisé jusqu’à 48 heures après l’ouverture d’un flacon. «Son utilisation sera également favorisée pour (les patients) où la vaccination mobile est une stratégie optimale pour les atteindre – à domicile, par exemple. »

Le Comité consultatif national de l’immunisation du Canada a déclaré que le vaccin AstraZeneca n’est pas recommandé pour les personnes âgées de 65 ans et plus en raison de données insuffisantes sur son efficacité chez les personnes âgées, malgré son approbation par Santé Canada pour les adultes de tous âges.

L’histoire continue sous la publicité

Il n’y a aucune inquiétude quant au fait que le vaccin ne soit pas sûr à utiliser, mais le panel du CCNI a déclaré que les vaccins de Pfizer-BioNTech et Moderna sont préférés pour les personnes de 65 ans et plus «en raison de leur efficacité supérieure suggérée».

Cependant, le comité d’immunisation du Québec a recommandé que, dans un scénario de disponibilité limitée des vaccins, les vaccins Pfizer et Moderna soient donnés aux groupes les plus prioritaires, alors qu’il a déclaré qu’AstraZeneca pourrait être offert à ceux qui sont légèrement inférieurs sur la liste.

Le vaccin AstraZeneca «ne doit pas être systématiquement proposé aux personnes qui présentent un risque très élevé de maladie, de complications et / ou qui ne répondraient pas bien à un vaccin, y compris les résidents de (soins de longue durée) et (résidences privées pour personnes âgées), les personnes avec l’immunosuppression et les agents de santé les plus exposés », selon le rapport de la commission publié lundi.

LIRE LA SUITE: De nouvelles projections québécoises mettent en garde contre un possible pic des cas de COVID-19

Le rapport indique que le taux d’efficacité global du vaccin AstraZeneca était de 62,5%. Son efficacité a été estimée à 43% pour les personnes âgées de 65 ans et plus, «mais très imprécise étant donné le faible nombre de participants dans ce groupe». L’efficacité semble cependant «très élevée» lorsqu’il s’agit de prévenir les maladies graves, les hospitalisations et les décès, selon le rapport.

Pendant ce temps, le Québec a assoupli lundi les restrictions relatives au COVID-19 dans cinq régions, y compris la capitale, permettant aux résidents de retourner au gymnase et aux salles à manger du restaurant pour la première fois depuis des mois.

L’histoire continue sous la publicité

Le gouvernement a également repoussé le couvre-feu nocturne de 20h à 21h30 à Québec, Chaudière-Appalaches, Estrie, Mauricie et Centre-du-Québec, qui ont été rétrogradés de «rouge» à «orange» sous la pandémie de la province. système d’alerte.

Le premier ministre François Legault a choisi de maintenir les restrictions à Montréal et dans les régions environnantes, car les autorités de santé publique craignent qu’une nouvelle variante de coronavirus ne fasse bientôt augmenter le nombre de cas régionaux et les hospitalisations.

François Meunier, vice-président aux affaires publiques du groupe québécois de la restauration, Association Restauration Québec, a déclaré que la réouverture des restaurants dans les zones orange a donné aux gens l’espoir de «pouvoir recommencer à vivre un peu».

Il a déclaré que la demande semblait forte, avec des files d’attente devant les restaurants de petit-déjeuner à Québec lundi matin. Meunier a déclaré que de nombreux membres de son groupe se sont efforcés d’embaucher du personnel, ajoutant que certains n’ouvriront pas avant quelques jours de plus.

Il a déclaré que les limites de capacité et le couvre-feu rendraient très difficile pour les restaurants de réaliser des bénéfices, mais il a dit que la plupart voulaient quand même ouvrir. «Pour le moment, l’objectif n’est pas tant la rentabilité», a-t-il déclaré dans une interview lundi.

«L’objectif est d’améliorer la santé mentale des restaurateurs», a-t-il dit, ajoutant que la fermeture complète est quelque chose qui «n’est plus possible, plus vivable».

Meunier dit que les restaurants ont un ensemble de règles strictes à suivre, y compris les réservations obligatoires, la collecte des coordonnées des clients, la vérification des adresses pour s’assurer que les clients ne sont pas des zones rouges et la limitation des tables à un maximum de deux adultes et leurs enfants mineurs.

L’histoire continue sous la publicité

Il a noté qu’environ la moitié des restaurants de la province demeurent fermés parce qu’ils sont situés dans des zones rouges, comme Montréal.

Lundi, la province a signalé 579 nouveaux cas de COVID-19 et neuf décès attribués au nouveau coronavirus, dont aucun ne s’est produit au cours des 24 dernières heures. Les hospitalisations sont restées relativement stables – en baisse de deux, à 590 – tandis que le nombre de patients en soins intensifs a augmenté de un, à 108.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a déclaré que la province accélérera le rythme des vaccinations cette semaine alors que davantage de régions se joindront à Montréal pour ouvrir des cliniques de vaccination de masse au grand public.

Dubé a déclaré lundi sur Twitter que le Québec recevrait plus de 213 000 doses de vaccin cette semaine, dont 113 000 d’Oxford-AstraZeneca.

© La Presse canadienne